Amsterdam – Maya Arad-Yasur- Laurence Sendrowicz

AMSTERDAM
MAYA ARAD-YASUR 

Traduction Laurence Sendrowicz

Texte écrit en Israël en 2017

Titre original : Amsterdam

Crée au théâtre de Haïfa en décembre 2018

Traduit de  l’hébreu par Laurence Sendrowicz en 2018

Avec le soutien de la Maison Antoine Vitez

Traduite également en allemand

Prix du Berliner Theatertreffen Stückemarkt 2018

Crée au Volkstheater mars 2018.

Domaine protégé, agent :  Althea

Résumé

Un beau matin, à Amsterdam. Une jeune violoniste, enceinte de neuf mois, se retrouve soudain sans gaz. Sous sa porte est alors glissée une facture de gaz de 1 700 €, adressée à l’ancienne propriétaire, décédée. Commence alors pour la jeune femme un périple au cours duquel elle va essayer de comprendre pourquoi elle devrait payer une telle facture. Pendant 24 heures, elle va être confrontée à son présent d’étrangère-juive-israélienne en Europe ainsi qu’au sombre passé de la Hollande pendant la Seconde Guerre mondiale. La grande originalité de la pièce, outre cette quête à rebondissements, est sa narration : plusieurs voix essaient de reconstituer le récit sans jamais pouvoir affirmer quoi que ce soit. L’histoire progresse de spéculation en spéculation et le dialogue sur scène ne cesse de passer des acteurs de l’action à ceux qui la racontent, la frontière entre les uns et les autres devenant de plus en plus floue.

Regard du traducteur

Maya Arad-Yassur invente, dans cette pièce, une narration scénique très originale et laisse une grande place à l’imagination de ceux qui s’empareront de ce texte. Le récit qui retrace 24 heures de la vie d’une jeune Israélienne vivant à Amsterdam, se forge sous les yeux du spectateur, à travers différentes voix (trois au minimum selon l’auteur) qui se croisent sans qu’aucune ne puisse affirmer détenir la vérité absolue sur l’intrigue racontée. Parfois ces voix s’en tiennent à décrire tel ou tel épisode de cette journée fatidique, parfois elles se permettent des digressions, s’amusent, se contredisent, se perdent dans des associations libres ou deviennent actrices des situations. Le tout donne une image à la fois fragmentée et complète d’une réalité très contemporaine, un monde où la globalisation, la politique, l’Histoire envahissent la sphère privée, et où l’individu doit lutter pour sauvegarder un minimum d’intimité.

Note de lecture

Qui doit payer la facture de gaz consommé par les nazis durant la seconde guerre mondiale ? Cette question d’une cruelle et superbe ironie structure cette pièce puzzle qui, à partir d’un événement apparemment anodin (une facture pour un impayé avec des indemnités de retard) nous entraîne avec un constant humour glaçant dans les profondeurs tragiques de la Shoah. C’est comme un théâtre de la rumeur, de la conversation de bistrot où au fil de contradictions, de révélations plus ou moins avérées, une vérité se déshabille révélant les secrets d’une ville, Amsterdam, où les murs des vieux immeubles se souviennent encore des réduits où se cachaient les familles juives. Toutes ces Anne Frank qu’on a gazées et dont il faudra bien un jour régler la facture de gaz alors même que la mèche de l’antisémitisme est loin d’être éteinte. La pièce mordante et terriblement efficace, se lit comme un thriller.

L’auteure : Maya Arad-Yassur

Maya Arad est née en Israël en 1976. Elle est dramaturge et auteur de théâtre. Elle a vécu à Amsterdam de 2007 à 2012. Après un master en dramaturgie de l’université d’Amsterdam, elle a  travaillé avec plusieurs compagnies de théâtre en Hollande et en Israël, principalement sur des créations collectives ou du théâtre documentaire. En tant qu’auteur, elle s’intéresse particulièrement à la problématique de la guerre et de l’exil et s’interroge sur les mécanismes narratifs de l’écriture théâtrale. Ses textes ont fait l’objet de créations et de lectures publiques en Israël, Allemagne, Autriche, Norvège et États-Unis. Certains ont été publiés dans des importantes revues théâtrales en Allemagne. Elle a reçu le prix « artiste émergent » du théâtre Habima pour sa pièce : Gods waits at the station (2015) et le premier prix du International Theatre Institute pour : Suspendus (2011) Amsterdam a remporté le prix du Berliner Theatertreffen Stückemarkt 2018.

La  traductrice : Laurence Sendrowicz

Laurence Sendrowicz quitte la France après son bac, elle reste treize ans en Israël où elle devient comédienne, puis commence à écrire pour le théâtre. De retour en France, elle devient traductrice de théâtre et de littérature hébraïque contemporaine tout en poursuivant, en parallèle, son travail d’écriture dramatique. Elle est l’une des initiatrices du projet de traduction de l’œuvre de Hanokh Levin en français. Depuis 1991, soutenue par la Maison Antoine-Vitez, elle a traduit trente-et-une de ses pièces (dont huit en collaboration avec Jacqueline Carnaud), et a proposé quatre recueils de sketches tirés de ses cabarets. Pour le théâtre, elle a également traduit David Grossman, Anat Gov, Gadi Inbar,  Mickaël Gourevitch, Tamir Greenberg.

Pour l’édition, elle est, entre autres, la traductrice des romanciers Yshaï Sarid, Dror Mishani, Alona Kimhi, Batya Gour, Zeruya Shalev, Yoram Kaniuk.

En 2003, avec l’auteur Zeruya Shalev, elle reçoit le prix Amphi-Lille 3  pour Mari et Femme ;

En 2012, elle obtient le grand prix de traduction de la SGDL  pour 1948 de Yoram, Kaniuk ;

En 2014, le roman de Zeruya Shalev, Ce qui reste de nos vies, qu’elle a traduit, reçoit le prix Fémina Etranger.

En 2018, elle obtient le prix des Lettres de la fondation Bernheim et, avec Jacqueline Carnaud, le prix SACD de la traduction/adaptation pour leurs traductions de Hanokh Levin

Auteur de théâtre et fondatrice de la Compagnie Bessa,  elle a notamment écrit : 

Tirez pas, je suis pacifiste !  (théâtre Beit Lessin, 1982)

Vendu (France-Culture, 1991)

Versus ou l’Histoire clarifiante de la famille Eglevau (théâtre du Chaudron, 1991)

Echec et Mat (Beit Lessin 1992). 

En 2008, elle obtient une aide à l’écriture de la fondation Beaumarchais-SACD pour Les Cerises au kirsch et remonte sur les planches pour l’interpréter (seule en scène) dans une mise en scène de Nafi Salah (création fev 2011 au théâtre de la Vieille Grille). Suivront les deux autres volets de cette trilogie familiale, toujours mis en scène par Nafi Salah : Faute d’Impression, une histoire de traductrice (bourse découverte CNL –  Manufacture des Abbesses – 2014), Ma Mère voulait (2017-2018 Notre-Atelier, reprise en 2018 au théâtre de la Vieille Grille)

En 2008, elle obtient le soutien de la fondation Beaumarchais-SACD pour l’écriture des Cerises au kirsch, itinéraire d’un enfant sans ombre, qu’elle interprète seule en scène en 2011, au théâtre de la Vieille Grille puis en tournée.

En 2014, elle obtient une bourse découverte du CNL pour l’écriture de Faute d’Impression, un texte qu’elle interprète seule en scène la même année au théâtre de la Manufacture des Abbesses.

Sélections 2019

Eurodram, réseau européen de traduction théâtrale, a le plaisir de vous communiquer la sélection 2019 de textes traduits, recommandés à l’édition et la création.
Ces textes ont été choisis par les 300 membres des 32 comités linguistiques, parmi les 365 traductions reçues en 2018.
Pour information, c’est depuis l’anglais, l’allemand et l’italien, et vers l’anglais, le français et l’allemand, que le réseau a reçu le plus grand nombre de traductions.

Sélections 2019

Appel à textes 2018

 

APPEL A TEXTES TRADUITS

Au cours de la saison 2018-2019, le comité francophone du réseau Eurodram examinera des textes théâtraux traduits depuis les différentes langues de l’espace Europe / Méditerranée / Asie centrale. Textes traduits intégralement ou sous forme d’extraits et ce depuis moins de trois ans.

Vous pouvez donc nous adresser vos propositions (sous fichier word ou pdf) à cette adresse électronique (gilles.boulan@ wanadoo.fr )  à partir de ce jour et jusqu’au 31 décembre 2018, dernier délai. De plus, pour nous permettre de répertorier la pièce, je vous serai reconnaissant de bien vouloir remplir la fiche de présentation ci-dessous.

Par ailleurs, l’inscription de votre pièce implique votre accord implicite et celle de son auteur pour qu’elle soit diffusée ou fasse l’objet d’une lecture publique dans le cas favorable où elle ferait l’objet de notre palmarès 2019.

Enfin, je vous rappelle que nous ne pouvons retenir qu’une seule pièce par auteur. Mais que chaque traducteur est libre de nous proposer plusieurs oeuvres écrites par différents auteurs.

 

FICHE DE PRESENTATION
COMITE FRANCOPHONE EURODRAM

A remplir et à adresser à gilles.boulan@wanadoo.fr

  • Titre de la pièce en français
  • Identité de l’auteur (e)
  • Titre original
    Langue et lieu d’écriture
    Année d’écriture
  • Identité du (de la) traducteur(trice)
    Adresse mail du (de la) traducteur(trice)
    Année de la traduction
  • Dans sa langue originale
    Année et lieu de sa création
    Année et lieu de sa publication
    Récompenses éventuelles
    Recommandations et aides…
    Traductions éventuelles dans d’autres langues
  • Dans sa version traduite
    Année et lieu de sa création
    Année et lieu de sa publication
    Lectures publiques ou mises en espace
    Récompenses éventuelles
    Recommandations et aides…

Court résumé de la pièce (5 à 10 lignes)

Note d’intention éventuelle concernant la traduction

Courte présentation de l’auteur.e (photo facultative))

Courte présentation du (de la) traducteur(trice)

Je donne mon accord pour que la pièce soit diffusée au sein du réseau Eurodram et pour qu’elle fasse éventuellement l’objet d’une lecture publique au cas où elle serait retenue dans le palmarès du comité francophone

 

Pour toute information complémentaire:
http://www.sildav.org/eurodram/selections-eurodram
http://www.comitefrancophoneurodram.wordpress.com

 

 

 

Palmares 2018

COMITE FRANCOPHONE EURODRAM
PALMARES 2018

Le Comité francophone du réseau Eurodram s’est réuni le jeudi 22 février à la Maison des Auteurs Sacd pour arrêter son palmarès 2017-2018 consacré cette année à des textes écrits en français. Parmi les 98 pièces reçues, ses choix se sont portés, au terme de discussions nourries, sur

AMIR AVANT d’Aurianne Abecassis
DELTA CHARLIE DELTA de Michel Simonot
Ex aequo
L’ACCIDENT DE BERTRAND d’Emilie Leconte
PIG BOY 1986-2358 de Gwendoline Soublin

Ces quatre pièces sont donc retenues pour être recommandées aux traducteurs depuis le français en vue de leur production ou de leur édition hors frontière.

Par ailleurs, au sein de ce corpus d’une très grande qualité générale, un certain nombre de pièces ont vivement retenu l’attention des lecteurs qui souhaitent poser un focus sur elles en marge de notre palmarès. Il s’agit de

POINGS de Pauline Peyrade
TIAMAT de Ian de Toffoli.
PUTREFIES de Veronika Boutinova
NO BORDER de Nadège Prugnard
L’ATOME de Julien Avril
BERLIN SEQUENZ de Manuel A. Pereira
UN DEMOCRATE de Julie Timmerman
ARTHUR ET IBRAHIM d’Amine Adjina
GENS DU PAYS de Marc-Antoine Cyr

Ces textes nous ont été proposés pour l’essentiel par leurs auteurs. Avec leur autorisation, nous serons très heureux de vous faire suivre leur manuscrit et de vous communiquer leurs coordonnées numériques.

 

Palmares 2018 en anglais

EURODRAM FRANCOPHONE COMMITTEE

2018 PRIZE LIST

The Francophone Committee of the Eurodram network met last Thursday February 22 at the Maison des Auteurs SACD. This year selection was devoted to texts written in French. We received 98 plays, a great number of them being of high quality.
After much discussion, we selected four plays that we recommend to translators from French, in order to promote their production or their publishing in other countries :

AMIR AVANT by Aurianne Abecassis
DELTA CHARLIE DELTA by Michel Simonot
Ex aequo :
L’ACCIDENT DE BERTRAND by Emilie Leconte
and
PIG BOY  1986-2358 by Gwendoline Soublin

The readers also want to draw attention on several plays that have been much appreciated :

POINGS by Pauline Peyrade / Published by Les Solitaires intempestifs (2017)
TIAMAT by Ian de Toffoli / Unpublished
PUTREFIES by Veronika Boutinova / Unpublished
NO BORDER by Nadège Prugnard / To be published by Editions Al Dante
L’ATOME by Julien Avril / Unpublished
BERLIN SEQUENZ by Manuel A. Pereira / Published by Editions Espaces 34 (2017)
UN DEMOCRATE by Julie Timmerman / Unpublished
ARTHUR ET IBRAHIM by Amine Adjina / Published by Actes Sud Papier (2018)
GENS DU PAYS by Marc-Antoine Cyr / Unpublished

SUMMARY OF THE SELECTED PLAYS

AMIR AVANT
AURIANNE ABECASSIS

Play written in 2014 during a residency at St Antoine l’Abbaye
The writing was accompanied by the collective A Mots Découverts, who made a public reading at Confluences in October 2015, as part of the festival Péril jeunes.
Play selected by the Textes en cours Festival (2015) and by the Mousson d’hiver (2017)

On the other side of the ring road stands the glass tower of a large company that has just relocated its headquarters from Paris to the suburbs. A young guy of the neighborhood, Shams, is hired as a security guard. He is smart, serious, efficient, and his manager, Valérie, quickly gets to trust him. But Shams has a younger brother, Amir, who has chosen a different path.
A very subtle and mysterious play. A writing from which a great tension arises.

MICHEL SIMONOT
DELTA CHARLIE DELTA

Play written in 2015, in Arcueil
Published by Editions Espaces 34
Created on stage in 2018 by Compagnie du Samovar
The text got The Artcena aide à la création
Won the 2017 Collidram Prize (a dramatic litterature award attributed by high school students)
Panta Théâtre’s reading committee’s favorite

One evening in October. Three children run because the police run behind them. Zyed, Bouna, Muhittin hide in an electrical transformer, in Clichy Sous Bois. A policeman sees, does not alert. Two children die. One survives. Weeks of rioting ensue. Ten years later, a court reconstructs the facts – hours, minutes, seconds, recorded voices of the police radio. Ten years later, the survivor is still the one who bears in his skin the two dead children, the one who faces the police, the one everybody has forgotten. Like a never-ending tragedy.
A thrilling and very moving dramatic poem, based on real facts, that raises the question of guilt.

L’ACCIDENT DE BERTRAND
EMILIE LECONTE

Play written in 2015 in Paris
Selected by « Les inédits de Cahors » Festival
Finalist of « Les jardins d’Arlequin » Prize.
Published by Editions ETGSO in 2017
Translated into German by Wolfgang Barth in 2018

After his accident, Bertrand became a real center of interest both for specialists who have no answer to the reasons for his condition and no suitable treatment as for those who know him or claim to know him (his worried mother, his curious family, his little neighbor and an old acquaintance who lives a new story). And each in turn comes up to visit him on his hospital bed and ask him a great number of questions. But Bertrand has only one idea in mind : making confetti with his punching machine. Confetti which fall, as the wing beat of a butterfly, causes some disasters far away.
An absurd comedy that is amusing and pleasant to read, and that also raises the question of normality and identity.

PIG BOY 1986-2358
GWENDOLINE SOUBLIN

Play written in Lyon, in 2016-2017
Won the prize of Journées de Lyon des Auteurs de théâtre 2017
It is part of the 2018 selection of “Eat your frog” Festival in Prague
Published by Editions Espaces 34, january 2018
Full translation into Czech, partial translation (part 1) into Catalan and English

A Breton pig farmer, crushed by the debts, sets fire to his farm under the eyes of the ushers who come to seize it. A television star pork is accused of a heinous crime: he fornicated with a young Japanese woman. His trial takes place live on the net. A sow chosen as a surrogate mother for human children tries to escape. Three stories about the pig of Brittany under John Wayne’s eyes.
An odd and very strong play, evokating the relation of man to his own animality and his supposed superiority.

 

 

Palmares 2018 en allemand

FRANKOPHONES KOMITEE EURODRAM
AUSWAHL 2018

Das französischsprachige Komitee des Eurodram-Netzwerkes tagte am Donnerstag, dem 22. Februar 2018, im Haus der Autoren der SACD, um über die Auswahl aus den 2017/2018 in französischer Sprache vorgelegten Texten zu entscheiden. Unter den 98 eingesandten Theaterstücken fiel nach intensiver Diskussion die Wahl auf

AMIR AVANT von Aurianne Abecassis
DELTA CHARLIE DELTA von Michel Simonot
und mit gleicher Punktzahl
L’ACCIDENT DE BERTRAND von Emilie Leconte
PIG BOY 1986-2358 von Gwendoline Soublin

Die vier Stücke werden Übersetzer*innen aus dem Französischen mit dem Ziel der Aufführung oder Veröffentlichung außerhalb des französischen Sprachraumes empfohlen.

Von den Texten im Gesamtkorpus mit sehr hoher Allgemeinqualität empfehlen die Komiteemitglieder darüber hinaus die folgenden Stücke, die großen Anklang fanden, der besonderen Beachtung:

POINGS von Pauline Peyrade – Editions Les Solitaires intempestifs (2017)
TIAMAT von Ian de Toffoli (unveröffentlicht)
PUTREFIES von Veronika Boutinova (unveröffentlicht)
NO BORDER von Nadège Prugnard – Editions Al Dante (in arbeit)
L’ATOME von Julien Avril (unveröffentlicht)
BERLIN SEQUENZ von Manuel A. Pereira – Editions Espace 34 (2017)
UN DEMOCRATE von Julie Timmerman (unveröffentlicht)
ARTHUR ET IBRAHIM von Amine Adjina – Editions Actes Sud Papier (2018)
GENS DU PAYS von Marc-Antoine Cyr (unveröffentlicht)

 

Zusammenfassung der ausgewählten Stücke

AMIR AVANT
AURIANNE ABECASSIS

Der Text wurde 2014 während eines Schreibaufenthaltes in St. Antoine l‘Abbaye verfasst.
Unterstützung erfolgte durch das Kollektiv A mots découverts, welches das Stück im Oktober 2015 im Rahmen des Festival Péril jeunes in einer öffentlichen Lesung vorstellte.
Amir avant wurde in die Auswahl des Festival Textes en cours (2015) und von Mousson d‘hiver (2017) aufgenommen.

Jenseits des Boulevard Périphérique erhebt sich der glasverspiegelte Firmensitz eines Unternehmens gen Himmel, dessen Zentrale aus Paris in die Banlieue verlegt wurde. Shams, ein junger Mann aus dem Vorort wird als Securitybeauftragter eingestellt. Er nimmt seine Sache ernst, ist schnell und effektiv, gliedert sich vollständig ein und gewinnt das Vertrauen von Valerie, der Verantwortlichen für den Bereich. Aber Shams hat einen jüngeren Bruder, der einen ganz anderen Weg gewählt hat.
Ein sehr überzeugend geschriebenes, subtiles und geheimnisvolles Stück.

 

MICHEL SIMONOT
DELTA CHARLIE DELTA

Das Stück wurde 2015 in Arcueil verfasst.
Veröffentlichung durch Editions Espace 34.
Aufführung 2018 durch die Compagnie du Samovar.
Ausgezeichnet durch das Inszenierungsstipendium von Artcena und Gewinner des Preises Collidram.
Erster Platz des Lesekomitees des Panta Théâtre.

Ein Abend im Oktober. Drei Jugendliche fliehen vor der Polizei, die ihnen auf den Versen ist. Zyed, Bouna und Muhittin verstecken sich in einer Trafostation in Clichy Sous Bois. Ein Polizist entdeckt sie, löst aber keinen Alarm aus. Zwei Jugendliche sterben. Einer überlebt. Es folgen wochenlange Unruhen. Zehn Jahre später rekonstruiert ein Gericht den Vorgang in Stunden, Minuten und Sekunden und wertet Polizeifunkaufzeichnungen aus. Zehn Jahre später trägt der Überlebende, der sich der Polizei entgegenstellt und den man vergessen hat, immer noch die beiden toten Jugendlichen in seinem Innern. Wie eine nie zu Ende gebrachte Tragödie.

 

L’ACCIDENT DE BERTRAND
EMILIE LECONTE

Das Stück wurde 2015 in Paris verfasst.
Auswahl des Festivals Les Inédits de Cahors.
Endrunde des Preises Les jardins d‘Arlequin.
Veröffentlicht im Verlag Editions ETGSO 2017
2018 Übersetzung ins Deutsche durch Wolfgang Barth.

Nach seinem Missgeschick rückt Bertrand ins Zentrum des Interesses sowohl der Spezialisten, die keine Erklärung für seinen Zustand und keine passende Therapie finden, als auch der Menschen, die ihn kennen oder zu kennen vorgeben (seine besorgte Mutter, die neugierige Verwandtschaft, die nette Nachbarin und eine alte Bekannte, die inzwischen eine neue Beziehung erlebt). Sie allen bombardieren ihn auf seinem Krankenlager mit Fragen. Aber Bertrand denkt im Grunde immer nur an eines: Er will mit seinem Locher Konfetti herstellen. Das herunterfallende Konfetti löst wie der Schlag des Schmetterlingsflügels Katastrophen in der Ferne aus.
Eine amüsant und angenehm zu lesende Komödie mit Neigung zum Absurden, die humorvoll die Frage nach Normalität und Identität stellt.

 

PIG BOY 1986-2358
GWENDOLINE SOUBLIN

Das Stück wurde zwischen April 2016 und April 2017 in Lyon verfasst.
Preis 2017 der Journées de Lyon des Auteurs de théâtre.
Auswahl 2018 des Festival Mange ta Grenouille in Prag.
Veröffentlichung durch die Éditions Espaces 34 im Januar 2018.
Vollständige Übersetzung ins Tschechische, Teilübersetzung (erster Teil) ins Katalanische und Englische.

Ein von der Schuldenlast erdrückter bretonischer Schweinezüchter zündet vor den Augen der Gerichtsvollzieher, die zur Pfändung gekommen sind, seinen Hof an. Ein zum Fernsehstar mutiertes Schwein wird eines abscheulichen Verbrechens beschuldigt: Es hat mit einer jungen Japanerin geschlafen. Der Prozess wird live im Netz übertragen. Ein Mutterschwein ist mit menschlichen Embryos trächtig und versucht zu fliehen. Drei Schweinegeschichten aus der Bretagne aus der Perspektive John Waynes.
Ein eigenartiges, unbestreitbar aussagestarkes und ideenreiches Stück über das Verhältnis des Menschen zu seiner eigenen Animalität und angeblichen Überlegenheit.

Amir avant

AMIR AVANT
AURIANNE ABECASSIS

Texte écrit en 2014 lors d’une résidence à St Antoine l’Abbaye
L’écriture a été accompagnée par A mots découverts, qui en a fait une lecture publique à Confluences en octobre 2015, dans le cadre du festival Péril jeunes.
Amir avant a aussi été sélectionné par le festival Textes en cours (2015) et par la Mousson d’hiver (2017)

Résumé

De l’autre côté du Périphérique se dresse la tour en verre d’une grande entreprise qui vient de délocaliser son siège de Paris vers la banlieue. Shams, un jeune du quartier, se fait embaucher comme agent de sécurité. Rapidement, sérieux et efficace, il réussit parfaitement son intégration et gagne la confiance de Valérie, la responsable du service. Mais Shams a un jeune frère, Amir, qui a choisi une autre voie.

Note de lecture

Depuis le bureau de Valérie comme depuis le restaurant panoramique, la vue est imprenable sur la petite ville de banlieue avec son organisation sociale qui rassemble tous les services utiles et, de manière plus fantasmatique, sur la lointaine capitale où les plus optimistes espèrent pouvoir un jour identifier le Sacre cœur. À tout prendre, cette distance n’est pas plus importante entre cette banlieue et Paris que la largeur du bureau qui sépare Valérie de Shams lors de son entretien d’embauche. Distance faite de violences sourdes, de peurs mal digérées et d’attirance presque sexuelle. Une distance tout aussi infranchissable et à risque que le trajet entre l’entreprise et la gare RER qui nécessite l’accompagnement d’un garde du corps en uniforme ou que le fossé séparant une voix d’homme et une femme via l’interphone d’une porte d’immeuble. La distance qui sépare un frère disparu de sa famille, une volonté d’intégration et un repli identitaire.
Une pièce très subtile et pleine de mystères, à l’écriture très séduisante. A lire absolument.

Note d’intention

J’ai grandi en banlieue parisienne. La question du rapport entre la capitale et la banlieue m’a toujours habitée. Mais il y a plusieurs banlieues, chacune est confrontée à ses problématiques propres – les transports en commun, l’urbanisation ou la grande ruralité, l’ennui, l’espace, les zones industrielles, les centres commerciaux, la stigmatisation des quartiers modestes… J’habite toujours en banlieue parisienne et je suis fascinée mais aussi terrifiée par l’évolution du territoire.
Il y a entre Paris et sa banlieue un rapport très singulier. Très violent parfois. Un rapport amour/haine des banlieusards pour Paris, un mépris de Paris pour sa périphérie.
Aujourd’hui, devant la flambée du prix des logements, la gentrification a modifié le territoire. La banlieue, hier encore accessible, devient un véritable enjeu économique et pousse les foyers les plus modestes à s’éloigner toujours plus loin de Paris.

Dans mon écriture, j’essaie de mettre en tension des questions qui me sont chères : la conscience des classes, la diabolisation des banlieues, la violence du monde du travail.
C’est comme cela qu’est né le personnage d’Amir, et c’est comme cela, poussé par un contexte asphyxiant, qu’il a immédiatement disparu dans la pièce, mais existant pleinement par son départ même.
Physiquement, Amir n’est plus là et son absence révèle en creux les questions auxquelles se confrontent ceux qui restent.
Amir avant est pour moi une tentative de donner à réfléchir sur le fossé qui se creuse entre les populations, sur la peur et l’aménagement du territoire. Poser la question du politique aussi. Poser la question de l’immigration et des Français d’origine étrangère. Si « le musulman » est devenu l’ennemi public numéro 1 du monde occidental depuis quelques années, je pense qu’il est urgent de casser certains fantasmes et clichés, tant sur les banlieusards que sur les musulmans. J’essaie d’aborder ces problématiques politiques éminemment contemporaines par le pas de côté que permet le théâtre.

Aurianne Abecassis

Aurianne Abécassis grandit en banlieue parisienne. A toujours l’impression d’être à côté. Cherche pourquoi ça ne tourne pas rond – à l’intérieur mais surtout en dehors d’elle – et comment ça tourne, et tout. Ne trouve pas. Cherche encore. Essaye de l’écrire, de poser tout ça à plat.
Après un Master d’Etudes théâtrales, Aurianne Abécassis est formée en jeu au conservatoire de Bobigny, puis accompagnée dans son écriture à l’ENSATT, sous la direction d’Enzo Cormann. Elle écrit pour le théâtre, pour la marionnette, pour la radio. Aime partir en résidence d’écriture (La Chartreuse, Centre des Ecritures dramatiques de Wallonie-Bruxelles, Textes en l’air, Collège René Descartes de Tremblay-en-France, Théâtre des 2 Rives de Charenton, …), écrire pour et avec des compagnies.
Co-fonde en 2014 le club d’auteurs ACMé – Appuyés Contre un Mur qui s’Ecroule – avec Marc-Antoine Cyr, Solenn Denis, Jérémie Fabre et Clémence Weill. Encadre des ateliers d’écriture pour enfants, adolescents et adultes. Cumule les boulots alimentaires pour vivre et continuer à faire partie du monde, pas que celui du théâtre.
En 2017, elle entame une collaboration artistique avec la compagnie Cassandre. Son texte Amir avant est mis en lecture au festival de la Mousson d’hiver.

Textes

Pour le théâtre, elle écrit entre autre Provisoires anatomies (bourse du Centre National du Théâtre) ; Le meilleur bleu ; La confiance (bourse du Centre National du Livre) ; Amir avant, Chercher les camarades (Micheline).
Pour la radio, elle co-écrit avec Judith Bordas le docu-fiction radiophonique Pousser les murs diffusé sur France Culture ; Le meilleur bleu a été diffusé sur France Culture dans une réalisation de Marguerite Gateau.
Pour la marionnette, elle écrit notamment Espèces d’oiseaux [c’est vrai qu’il y a les rêves aussi] pour la compagnie La Perruque/Coopérative, Nos petites forêts (THE BIG BIG NIGHT) pour la compagnie Arnica.

 

 

 

 

Delta Charlie Delta

MICHEL SIMONOT
DELTA CHARLIE DELTA

Pièce écrite en 2015, à Arcueil.
Editions Espaces 34, 2016.
Création le 10 mai 2018, au Théâtre l’Echangeur, Bagnolet, (Compagnie du Samovar).

Finaliste du Grand prix de littérature dramatique 2017.
Texte lauréat de l’aide à la création d’Artcena (ex CNT).
Prix Collidram 2017.
Sélections de comités de lecture: Théâtre National de Strasbourg, Coup de coeur du comité de lecture du Panta théâtre, Scenic Youth (CDN de Bethune), Théâtre de Poche (Genève), Comité des lecteurs de la Comédie Française, A mots découverts, Festival Actuelles du TAPS (Théâtre actuel et public de Strasbourg)
Réalisation par France Culture (18/2/18)

Traduction en allemand en cours par Heinke Wagner

Résumé

Un soir d’octobre. Trois enfants courent parce que la police court derrière eux. Zyed, Bouna, Muhittin se réfugient dans un transformateur, à Clichy Sous Bois. Un policier voit, n’alerte pas. Deux enfants meurent. Un survit. Des semaines d’émeutes s’ensuivent.
Dix ans plus tard, un tribunal reconstitue les faits – heures, minutes, secondes, voix enregistrées de la radio de la police. Dix ans plus tard, le survivant est encore et toujours celui qui porte dans sa peau les deux enfants morts, celui qui fait face à la police, celui qu’on a oublié. Comme une tragédie jamais achevée.
Au-delà des faits dans leur crudité, au-delà des mots entendus ou prononcés au tribunal, Delta Charlie Delta déploie, à travers une forme chorale, une force symbolique et inscrit l’engrenage, la culpabilité individuelle et collective, dans une dimension humaine, éthique, politique

Michel Simonot
Michel Simonot est homme de théâtre, écrivain et metteur en scène. Il est sociologue de la culture. Il a écrit une vingtaine de textes, tous portés à la scène ou à la radio. Dernières publications théâtrales : Delta Charlie Delta, 2016, Édition Espaces 34 ; Le but de Roberto Carlos, 2013, Éditons Quartett. Actuellement en résidence à Anis Gras (Arcueil), il est dramaturge auprès d’artistes de la scène, théâtre et musique. Il codirige le festival Bruits Blancs avec le compositeur Franck Vigroux. Il a été, précédemment, auteur-metteur en scène associé au Théâtre Gérard Philipe de Saint Denis (C.D.N), sous la direction d’Alain Ollivier Il a été adjoint à la direction des fictions de France Culture, dirigé ou codirigé des établissements artistiques et culturels, responsable des formations au Ministère de la Culture. Il a publié de nombreux ouvrages et articles sur l’écriture et la scène, ainsi que sur les politiques culturelles. Dernièrement : La langue retournée de la culture (éd. Excès. 2017). Il fait partie du groupe Petrol, avec les écrivains Lancelot Hamelin, Sylvain Levey, Philippe Malone) dont sont publiés, entre autres : l’Extraordinaire tranquillité des choses (éd. Espaces 34), Merry Go Round (éd. Théâtrales)